Menu

vendredi 23 octobre 2015

Mon avis sur Le petit marchand de sourires de Jean François Joubert

Titre: Le petit marchand de sourires
Auteur: Jean François Joubert
Date de parution: 8 juillet 2015
Genre: Nouvelles
Editeur: Les éditions secrètes



Description

Olivier, 10 ans, est atteint de la progeria, cette maladie qui fait vieillir le corps plus vite que l'âme. L'espace d'un instant, le petit garçon et ses parents, unis comme jamais, nous invitent dans un dialogue où se mêlent l'innocence, les rires, les peurs et les rêves.


Mon avis

Je souhaite remercier Jean François Joubert pour avoir eu la gentillesse de m'envoyer son livre.

L'histoire étant en elle-même assez courte (la version que l'on m'a adressée ne contenait qu'une trentaine de pages), mon avis le sera tout autant.

J'ai le regret d'écrire que Le petit marchand de sourires est une nouvelle que n'ai sûrement pas su apprécier à sa juste valeur. Il s'agit bien entendu de mon ressenti personnel. Je ne doute pas que de nombreuses autres personnes vont aimer cette histoire, malheureusement pour moi, cela n'a pas été le cas. Pourquoi, parce que je n'ai pas réussi à lire entre les lignes, entre les lignes le message que l'auteur a voulu faire passer.

Eh oui, je me suis totalement focalisée sur ce petit garçon, Olivier. Un enfant d'à peine dix ans, mourant, car il souffre de cette maladie qui le fait paraitre vieux. Je suis toujours bouleversée et perturbée quand il s'agit des enfants. Le thème abordé est touchant, poignant même. De plus, l'auteur ose en quelque sorte nous parler de cette maladie peu connue et horrible ce qui est tout à son honneur.

C'est au niveau du style que je n'ai adhéré. Selon moi, l'auteur a voulu nous dévoiler la beauté du monde à travers des répliques,des dialogues un peu poétiques et atypiques entre cet enfant qui a peu de mourir et ses parents qui ne peuvent malheureusement qu'assister à son déclin. Malheureusement, moi, je n'ai vu qu'un discours brouillon et des dialogues sans queue ni tête.

En bref, ce n'est pas un coup de cœur malgré un très beau thème de base.

Boulimique des livres


2 commentaires:

  1. merci, je vois que c'est pas la version de travail réalisée par les éditeur de ce roman court puisque vous citez la 4° de couverture, et l'âge ne tien pas la route, merci pour cette chronique, je sais que mon style est singulier, un avis bien tranché, sur le site des maladies rares, on le conseille, alors, déçu de lire que ma vision du monde est un délire, mais chacun le sien; moi, je ne joue pas je balance mes tripes et la "progéria" est une maladie qui me touche, car je n'aurais pas aimé l'évoir ça c'est pas une abberation mais une certitude !

    RépondreSupprimer